Publié par : David | 8 octobre 2010

Le premier Nobel du Pérou

Vous l’avez sans doute lu dans les journaux récents, le péruvien Mario Vargas Llosa vient de recevoir le prix Nobel de literature 2010.

Sans revenir sur l’œuvre littéraire de Vargas Llosa, ni sur son engagement politique ou son attachement résolu à la démocratie, que vous pourrez trouver dans plein d’autres blogs, sites internet ou magasines. Je voudrais revenir sur le retentissement de cette annonce au Pérou.

Pour l’ensemble des péruviens, c’est un évènement très important. En effet, cela marque la reconnaissance à l’échelle internationale de l’oeuvre d’un péruvien, mais cela prouve aussi que le Pérou est maintenant connu non seulement pour sa cuisine, pour ses mines de cuivre ou d’or, ou l’ensemble des fruits et légumes exportés d’ici, mais aussi pour son rayonnement culturel et son intelligence. Cela a un écho encore plus grand que le prix est inattendu.

Pour beaucoup de péruviens, le prix de Vargas Llosa est reçu avec beaucoup de fierté et de bonheur pour chacun d’entre eux. Cela va beaucoup aider le pays à sortir de la fausse impression d’être un petit pays en voie de développement qui devrait seulement oublier sa nature et copier les modèles nord-américain ou européen.

Qui plus est, cela donne à beaucoup l’envie de lire plus des oeuvres de Vargas Llosa. Je peux recommander la nouvelle « Travesuras de la niña mala » (ou « Tours et détours de la vilaine fille ») qui est un livre que j’ai dévoré il n’y a pas si longtemps.

 


Responses

  1. I can’t decide which book of Mario Vargas Llosa to read first. Help me please by taking part in my poll: http://andreasmoser.wordpress.com/2010/10/08/mario-vargas-llosa-poll/
    Thanks🙂

  2. Reçu en cadeau par mon amoureuse à mon retour du Pérou, je recommande aussi « Le fête au bouc », très bon livre sur la dictature Trujillo en République Dominicaine

  3. Allons donc, Il faut un prix Nobel de Littérature pour que rayonne l’intelligence d’un peuple ou d’un pays ! fantasme de la verticalité centraliste bien française !
    Quand on est Péruvien et même quand on ne l’est pas on se félicite de cet évênement, mais on ne la pas attendu pour imaginer qu ‘en Quechua on peu aussi penser le monde depuis le dernier patelin des Andes ou de la Gascogne profonde

    Ghislain DANGAS de LARRAZET (82)

    • Et bien, il est polémique ce commentaire…

      Par ce post, je veux juste que refléter ce que je vois et j’écoute dans les rues de Lima, de la part de mes amis et collègues péruviens ou des médias locaux. Les péruviens ont généralement été fier et heureux de cette nouvelle du premier Nobel national. Une telle nouvelle en France aurait laissé bien des français sans réactions ni opinions (qui se rappelle du Nobel de Charpak ou d’autres physiciens).
      Je citais un auditeur d’une radio péruvienne qui faisait la remarque d’être heureux parce que grâce à cette nouvelle, le Pérou va aussi être connu pour sa littérature et non seulement pour le Macchu Pichu, qui finalement écrase l’image internationale du Pérou. C’est bien malheureux, mais c’est une réalité que la réputation d’un pays est parfois mesurée au numéro de ses médailles olympiques, prix Nobel, ou chanteurs à la mode…

      En l’occurence, Mario Vargas Llosa est bien lointain de la pensée en Quechua… il fait partie de la classe aisée péruvienne (né à Arequipa, très attaché au quartier huppé de Lima qu’est Miraflores). Il est très loin de représenter la culture et la pensée andine, mais fait partie des auteurs importants de la littérature sud-américaine (avec Borges, Garcia Marquez…)

      Et je suis d’accord, ce n’est pas l’obtention d’un prix Nobel ou autre qui permet à des individus ou un village ou une nation de penser.
      N’hésite pas à écouter « La ballade des gens qui sont nés quelque part » de Brassens.

      David, depuis Lima, Pérou

  4. La polémique n’est pas le but, mais simplement je tenais à corriger ce travers que nous avons tous (Les Français en tête, et moi aussi !) à ne regarder qu’en haut. La France, est l’exemple typique du centralisme culturel. Voilà des siècles qu’on nous dit depuis en haut ce que nous devons aimer, penser. Quelles serait notre richesse si le contraire se produisait !!! c’est à dire si le haut de la pyramide se faisait l’écho de toutes les cultures ne notre magnifique pays. Malheureusement on agrave misère culturelle en ne cessant de promouvoir la culture « savante ». (qui mérite sa place aussi , mais n’est que l’une des composantes).En été combien de festival de jazz soft chic et mondain ont lieu dans le Sud de la France, organisé certes par des gens de bonne volonté, mais que fait-on en France de la littérature occitane ? Ceci n’étant qu’un exemple. On pourrait parler aussi des langues dites régionales, pour les quelle nous vivons une ridicule mise à l’écart… A défaut d’aide et de projecteur, on s’attache à des gauloiseries de type cassoulet-choucroute quant on ne se moque pas de notre accent dans les faubourg de la CAPITALE ! Je sais pour les connaître un peu, que les nos frères des Andes partagent nos frustrations « provinciales ». je sais aussi pour ceux qui vont le savoir qu’ils seront fier de leur prix Nobel. Car, le petit peuple lui aime son pays dans toute ses composante et parfois avec beaucoup d’illusion. Je sais aussi au je suis vraiment heureux de la moindre médaille Française, d’une réussite Architecturale y compris à Paris.. etc mais j’aimerai bien que les mentalités évoluent pour que partout en haut on soit fier des cultures populaires et des valeurs des plus humbles. On en est loin, Chasseur , ouvrier, bof à la Cabu, collectionneur de boite à camembert etc… on du mal à rivaliser avec les seigneurs, l’opéra, les écrivais à la modes, et le golf. Vive la Pétanque (qui m’ennuie de toute manière autant que le golf!)
    Voilà qui est dit sans polémique. je voulais simplement réagir à ce mot intelligence qui m’a fait frémir. Par contre, si je prend le temps cette critique sympatique (et non polémique… dans le Sud on parle vite fort !) c’était parce que l’intelligence de ton blog me parait le mériter… pour une fois qu’on ne parle pas de Machu Pichu ! A part cela , et je partage avec toit qu’on est tous très fier pour le Pérou et de l’evenement « Varguita » … on en redemande. J’ai eu l’occasion de leur rencontrer c’est un géant qui mérite bien cet honneur (surtout dans sa récente décision de démissionner de la commission pour le musée de la mémoire ). Vive tous les Péruviens .
    Je réécouterai volontier George Brassens. Mais il me semble que ce poete là n’a chanté qu’avec ambiguité son amour du peuple …
    Continue ce blog , c’est avec plaisir que j’y viens mesurer l’ambiance de Lima !

    Merci et bravo.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :