Publié par : David | 9 septembre 2010

Mistura 2010

Samedi, nous sommes allés au festival de gastronomie péruvienne à Lima: Mistura.

Mistura 2010

Les péruviens sont (depuis ces dernières années) très fiers de leur gastronomie, leur cuisine, et tous les ingrédients différents qui peuvent exister dans toutes les régions du pays.

Vous avez certainement deviné cela au numéro d’articles de la rubrique gastronomie de ce blog.

Recemment, le prix du meilleur café organique a tout de même été attribué à un péruvien, qui a une parcelle de 3 hectares de café perdue dans la jungle a 2 heures et demie de marche du village où il vend sa production. C’est le café Tunki qui a été vendu en Ecosse jusque 1000 dollars américains suite à ce prix. Pourquoi en Ecosse? C’est une bonne question, je répète juste cette information… On pensait les écossais radins ou buveurs de whisky, et bien c’est pas forcement le cas.

La gastronomie péruvienne est très vaste et diverse, avec beaucoup d’influences, les péruviens en sont fous. L’une des questions les plus frequemment posées ici est: « et vous avez mangé quoi? ». Il y a des émissions culinaires très très régulièrement à la TV, et elles ont plus d’attrait que la « cuisine des mousquetaires » de Maïté. Cette fierté est notamment due a Gaston Acurrio le créateur de Mistura, qui a remis à la mode la cuisine péruvienne avec ces restaurants un peu partout sur le continent. Son objectif est de faire de Mistura un festival gastronomique à l’échelle de l’OktoberFest de Munich, et la cuisine péruvienne en a le potentiel à croire les près de 40 000 préventes des entrées à Mistura, des tours operateurs étrangers qui ont organisé des voyages pour l’occasion et des milliers de péruviens qui sont également venus profiter du festival. A la fin du festival dimanche soir, le bilan a été de plus de 200 000 visiteurs en 4 jours de festival.

D’ailleurs pour éviter au moins 2h de queue, nous avons  acheté nos tickets en « revente » comme pour un concert d’une star internationale.

Nous avons passé quasiment toute la journée sur place, bien que nous nous sommes plus intéressés aux stands des restaurants réputés de Lima, des artisans cuisiniers de tout le pays où des simples restaurants de quartier qui proposent une cuisine divine et typique.  Rassurez-vous nous n’avons pas passé la journée de 12h a 18h attablés, il y avait un peu d’attente due à l’affluence, et il y avait aussi un marché qui présentaient l’ensemble des ingrédients utiles pour la cuisine péruvienne, et notamment les 1000 et quelques types de pomme de terre qui existent ici.

Pommes de terre péruviennes

Pommes de terre péruviennes

Nous avons dégusté pas mal de plats bien typiques:

La « sopa seca« , ou soupe sèche, la moitié du plat sont des pâtes genre spaghettis, l’autre moitié « carrapulcra » une sorte de ragout de pomme de terre. C’est plutôt bon et ça remplit bien. C’est une spécialité de Chincha une ville située un peu au sud de Lima avec une grande communauté afro-péruvienne.

Sopa Seca

Sopa Seca

Nous avons également gouté le fameux « Aji de gallina » du restaurant de la huaca pucllana, cette recette de poulet mélangé au fameux piment jaune ou aji amarillo est l’une des références de la cuisine créole du Pérou.

Aji de Gallina

Aji de Gallina

Avec le « Tacu Chaufa » du restaurant japonais Maido, nous avons gouté un plat d’une cuisine « fusion » un peu plus expérimentale et l’un des succès de cette édition de Mistura. C’est un plat succulent sorte de mélange de 2 plats typiques du Pérou, le tacu tacu (riz et haricots blancs) et le chaufa (riz sauté avec des légumes). Tout cela servi avec un peu de panceta. Un délice.

Ensuite nous sommes allés vers un plat moins raffiné, mais fétiche de beaucoup de péruviens. La queue pour obtenir une « Salchipapa » était bien longue, mais en fin de journée, nous avons réussi à gouter cette portion de pommes de terres frites (papa) avec leur pelure et de différentes saucisses u chorizos (salsicha), le tout recouvert de mayonnaise, ketchup, et d’autres sauces plus locales (et piquantes) comme l’aji.

Nous avons également gouté un peu de desserts et de sucré pour terminer. Une « humita dulce« , une pâte de maïs cuisinée dans les feuilles mêmes du maïs.

humita dulce

humita dulce

Un « suspiro a la limeña » (qui se traduirait par soupir de lima) de Maga, un flanc de « dulce de leche » ou « manjar blanco » comme on dit au Pérou avec de la meringue. Le restaurant Maga est spécialiste de suspiros avec plus de 100 recettes différentes. Nous avons gouté celui de Chirimoya, u fruit péruvien avec beaucoup de goût. Avec cela, notre estomac a poussé un soupir de soulagement🙂

Suspiros de Maga

Suspiros de Maga

Quelques photos pour en voir plus.


Responses

  1. Ca donne bien envie tout ca !
    Et niveau Kilo, quel fut le resultat ?😉

  2. Attention à ne pas trop grossir, tu ne sera pas accepté dans l’avion !!
    Il ne resterai plus que le retour à la rame!!

  3. Oui, oui je profite de la cuisine péruvienne… je commence à avoir un petit bide….

  4. […] vous rappelez sans doute du festin de Mistura qui s’était conclu par un petit suspiro limeño de chirimoya en […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :